champ display_footer = bool(false) champ objet-vnit = string(0) "" $objetInit = string(4) "vide"

Rentrée 2020 : s’adapter, innover et avancer

Ghislain Lafont, nouveau président de l’Association Nationale de La Table de Cana depuis le 25 mai, termine son tour de France des dix entreprises du réseau. À l’issue de ses 90 jours de présidence, il nous livre ses premières réflexions, ses premiers constats, sa vision de l’après crise et en quoi elle constitue une opportunité.

  • Comment le réseau a réussi à traverser la crise du COVID ?

Grâce à nos mécènes comme Caritas et la Fondation de France avec leurs fondations abritées, plusieurs de nos entreprises d’insertions se sont engagées dès le début du confinement auprès des personnes les plus démunies avec une nouvelle prestation, la préparation et la livraison de paniers repas qualitatifs. La campagne « Un Don, Deux solidarités » que nous avons lancée ensuite à partir du mois de mai a permis à tout le réseau de ré-ouvrir et de remettre au travail leurs salariés. Près de 120 000 repas ont ainsi pu être confectionnés et livrés dans toute la France où nous sommes présents. Cette opération a démontré une cohésion et une mobilisation exceptionnelle ainsi qu'une capacité à engager clients, partenaires, collectivités et le personnel dans l'urgence sur une opération de solidarité nationale.

Cependant la crise est loin d’être terminée et la rentrée s’annonce rude. Nos 10 entreprises ont dû réduire la voilure pour affronter la baisse de leur activité. Leur objectif principal est de retrouver un niveau qui leur permettra de rebondir et de se développer de nouveau.

 

  • Vous venez de terminer votre tour de France du réseau LTC et vos premiers 90 jours de présidence, quels sont vos premiers constats sur la force du réseau et l’offre LTC ?

Tout d’abord, nous avons la chance de pouvoir compter sur les salariés de nos entreprises

d’insertion, conscients des difficultés économiques et qui sont plus déterminés que jamais pour attaquer cette rentrée. Nous avons été obligés d’avoir recours au chômage partiel du fait de la chute de nos commandes et d’une activité réduite, mais nous avons déjà réagi pour adapter nos offres.

Nos dirigeants ne cachent pas la réalité de la fin de l’année qui va être difficile, mais notre objectif collectif est de tenir bon d’ici fin décembre (nous projetons un chiffre d’affaires 2020 en baisse de 50% par rapport à 2019) et de s’attaquer à 2021 avec des innovations qualitatives sur l’ensemble des prestations (traiteur, restauration collective, paniers repas, organisation d’événements…). Face à une demande de commandes réduite et exigeante, nos entreprises ont développé aujourd’hui de nouvelles offres adaptées à la situation, avec les mesures sanitaires dans le cadre de protocoles précis. Elles sont en mesure de répondre aux besoins des entreprises, des organisations publiques ou privées ou des particuliers.

  • Le réseau La table de Cana a de grandes ambitions dans le cadre de son plan stratégique 2025 adopté en février à Valpré. Comment les réaliser dans le contexte post-COVID ?

L’innovation a toujours été au cœur du réseau LTC depuis sa création en 1985.  C’est cette

démarche de recherche permanente de progrès qui a permis au réseau de s’agrandir au fil des années, et encore en 2020 avec l’arrivée de son dixième membre, Ethic Table à Saint-Etienne.

La crise que nous traversons montre que notre raison d’être, l’insertion sociale par l’économique, est une des réponses aux changements et aux attentes de l’ère post-Covid.

Elle demeurera le moteur de notre organisation et de sa future croissance. L’innovation va donc porter sur la capacité du réseau à répondre de manière agile, pragmatique et rapide aux besoins de recentrage de la société sur la qualité des produits, leur provenance, le sens, et l’écoute du client.

Cette crise a aussi montré l’intérêt de former un réseau fort, fédéré et solidaire, car il permet d’assurer la pérennité de chacun de ses membres et de rassurer nos clients. Et aussi d’ouvrir celui-ci à de nouveaux membres.  Nous avons déjà quelques sollicitations.

Face à l’inquiétude sur les prochains mois, que vous soyez un collaborateur, un client actuel ou futur, un fournisseur, un banquier, un mécène, j’ai envie de nous dire collectivement : « N’ayons pas peur d’aller de l’avant, d’être audacieux et créatifs ! Sans pour autant sous-estimer la situation actuelle. » A nous de repenser nos organisations, trouver de nouveaux marchés et proposer de nouvelles prestations pour nous adapter à cet environnement dont on ne sait pas bien quelle va être la suite. Ensemble nous pouvons faire face et développer de nouvelles façons de fêter et célébrer les moments importants de nos vies.